Histoire d'un aquarium de 54l...

jeudi 18 février 2016


Petit retour en arrière : il y a quelques mois je t'annonçais l'acquisition d'un nouvel aquarium, un bac de 54l acheté d'occasion et pour lequel j'étais pleine de rêves quant à son agencement.
Je m'aperçois que depuis, je n'en ai jamais reparlé et que j'avais un brouillon d'article qui trainait à son sujet. 
Alors je me suis dit que c'était l'occasion de le débrouillonner. 

Bref, avant même la mise en eau, plusieurs petits soucis ont du être réglés, avec plus ou moins de succès.
Le premier gros problème qui s'est posé a été celui de l'éclairage : ce bac n'était équipé que d'une petite ampoule de 12W. Je voulais en mettre une plus puissante, mais pas évident car qui dit plus puissante dit plus encombrante. Et le compartiment destiné à la lampe n'est pas très grand.

Deuxième problème : dans les animaleries, il n'y avait pas d'ampoule adaptée plus puissante que la 12W. Et dans les magasins de bricolage, soit elles étaient trop grosses pour passer dans le compartiment, soit leurs caractéristiques n'étaient pas du tout adaptées à l'aquariophilie.
J'aurais carrément pu (du) acheter une nouvelle rampe, mais à ce moment là je n'avais pas envie de mettre 50 euros dans un nouveau système d'éclairage.
Du coup j'avais finalement trouvé un compromis sur internet, une ampoule de 23W (rendu 60w) 1300 lumens et 5000k. On était ok pour les watt et les lumens, mais un peu juste pour les kelvins. Restait qu'à voir ce que cela donnerait sur les plantes.

Mes bacs étant tous low-tech et donc sans filtration mécanique, il a ensuite fallu enlever cette grosse décante toute moche. Ce qui a finalement pris moins de temps que ce que je pensais.
J'ai commencé par couper le silicone avec un couteau.



Puis pour finir d'enlever les grosses bandes de ce silicone, j'ai tout d'abord voulu utiliser de l'acétone, ce qui n'a pas été concluant. J'ai finalement tout retiré très facilement avec un scalpel, en passant la lame parallèlement à la vitre. Et aucune rayure à déplorer ! Youpi !

Pour le sol j'ai longuement hésité entre du quartz rose et du sable de Loire. La différence n'était pas énorme et j'ai finalement opté pour le plus simple : le sable de Loire, une valeur sure si jamais je souhaitais par la suite y mettre des poissons de fond sans risque d'abimer leurs barbillons, contrairement à certains quartz.


Mise en place des racines, des pierres et des plantes... puis mise en eau.


Je l'ai laissé ainsi une semaine, mais il ne me plaisait pas, alors je n'ai pas attendu, je l'ai refait.


La version 2 ressemblait donc à ça.
Elle offrait plus de cachettes pour les écrevisses dans l'entremêlas de racines et de pierres, ainsi qu'une zone bien dégagée pour les poissons. A terme, je voulais que les vallisnerias à droite fassent comme une petite forêt, et je comptais ajouter une petite gazonnante dans la partie dégagée.

Au final, il s'avère que l'éclairage n'est pas suffisant. La plupart des anubias ont fini par pourrir et les vitres sont constamment recouvertes d'algues brunes. Ça fait crasseux, ça fait moche. Seules les vallisneria ont bien poussé et se sont même propagées.
Bref, très loin du beau bac que je voulais avoir.

Du coup, j'ai décidé d'investir dans une nouvelle rampe plus puissante, ce qui me permettra d'avoir des plantes en meilleure santé et plus variées et j'espère de réduire un peu cette couche d'algue sur les vitres.

Niveau population il y a toujours les écrevisses, diverses espèces d'escargots et les 5 rasboras brigittae auxquels j'ai enfin réussi à trouver (seulement) 3 copains. Ça faisait plusieurs mois que j'en cherchais, histoire de faire un petit bancs d'une dizaine d'individus.

J'ai aussi ajouté un couple de colisa chuna. Je voulais la forme sauvage où la femelle est supposée être toute grise et le mâle orange avec le ventre bien noir. Après plusieurs mois, les 2 poissons sont toujours tous les deux gris. J'imagine que j'ai donc 2 femelles ou des mâles qui ne veulent pas rependre leurs belles couleurs. J'avoue que je suis incapable de distinguer les mâles des femelles sans leur coloration caractéristique.

Tout ça pour dire que le bac devrait encore pas mal évoluer : nouvel éclairage, nouvel agencement et peut-être changement au niveau de la population .
Et cette fois-ci, je ne manquerai pas de vous en parler !

Place à quelques photos pourries.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire