Tentative d'incubation artificielle d'oeufs de crevettes d'aquarium

mercredi 17 décembre 2014


Les blue rili me donnent toujours du fil à retordre. Régulièrement des crevettes meurent sans raison évidente. Il ne m'en reste plus qu'une douzaine sur les 20 achetées, et j'en viens à me demander si la souche n'est pas fragile car dans le pico, qui a les mêmes paramètres que le superfish, les sakuras me font des petits à profusion sans que je ne perde aucune crevette depuis leur acquisition.

Mais pour en revenir aux blue rili, j'ai retrouvé en fin de semaine dernière une grainée morte. Bien sûr, les petits étaient sur le point d'éclore, sinon, ça n'aurait pas été drôle.
Je ne sais pas depuis combien de temps cette crevette était morte. Je regarde pourtant mon bac tous les jours, mais je suppose qu'elle est morte dans la nuit, et que je ne m'en suis aperçue que le soir suivant, car elle n'était pas en très bon état. Ça m'a vraiment fait suer, car les petits allaient naître dans les jours à venir.

Perdu pour perdu, j'ai donc voulu tenter une incubation artificielle, sans vraiment savoir ce que ça allait donner, puisque je ne savais pas si les petits étaient encore vivants ou non.

J'ai donc récupéré la femelle morte, je l'ai disposée dans un petit récipient avec un peu d'eau de l'aquarium, et j'ai essayé de retirer les œufs de son abdomen. Opération délicate, mais finalement assez facile car étant morte depuis plusieurs heures, le mucus qui relie les œufs au corps de la femelle avait perdu de son pouvoir collant.
J'ai pu détacher une trentaine d’œufs que j'ai mis dans un petit récipient rempli d'eau de l'aquarium, avec quelques morceaux de feuilles de catappa pour limiter le risque de moisissures.

Trois fois par jour, avec une seringue sans aiguille, j'ai enlevé un peu d'eau du petit récipient pour la remplacer par de l'eau de l'aquarium principal, en faisant en sorte de remuer les œufs pour les ventiler un peu. A chaque fois j'ai retiré les œufs qui prenaient un aspect bizarre.


L'opération s'est déroulée un soir, et le lendemain midi un petit avait éclos. J'étais vraiment contente lorsque j'ai aperçu le juvénile en rentrant du travail !
Deux autres petits sont nés dans les 2 jours qui ont suivi, mais un seul sur les 3 a survécu et a rejoint le bac principal.


Un échec ? Oui et non, car au départ je ne savais même pas si les petits étaient encore vivants après toutes ces heures accrochés au cadavre de leur maman.
Quoi qu'il en soit, le petit a rejoint ses copines mais il est tellement minuscule que je ne l'ai pas revu et je ne sais pas s'il est toujours en vie ou non.

Une première expérience dans l'incubation artificielle que j'espère ne pas avoir à revivre de si tôt !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire